Secteur minier au Mali : Quand l’orpaillage pose problème aux opérateurs miniers

Les opérateurs miniers sont confrontés à l’envahissement de leurs sites par des orpailleurs. En vue de trouver un compromis, le ministre des mines a procédé les 14 et 15 janvier à une visite de terrain.

Les 14 et 15 janvier 2013, le ministre des mines Amadou Baba Sy, accompagné d’une forte délégation, s’est rendu sur les sites miniers de Kobada, Banankoro et Koflatiè ; dans la région de Koulikoro. L’objectif était d’échanger avec les communautés et de se rendre compte des réalités afin d’apporter un apaisement aux difficultés de la zone. En tant que responsable de la structure chargée des mines au Mali, il est du devoir des autorités de protéger les populations, a dit le ministre car il y a eu des morts, des dégâts et il est important de fermer les carrières non pas pour empêcher le travail mais pour protéger des vies. La première étape a concerné les installations de AGG (African Gold Group), à Kobada dans la localité de Samaya. Cette étape a consisté en des visites de chantier, de courtoisie aux notabilités et des échanges avec les groupements d’orpailleurs. A ce niveau, AGG qui dispose d’une autorisation de travailler délivrée par les autorités s’est vu envahie par des orpailleurs qui ne veulent obtempérer à aucune restriction. Aux dires de Sékou Konaté directeur, la société a investi jusqu’à 800.000 dollars et jusque-là l’unité pilote n’est pas fonctionnelle du fait des orpailleurs qui envahissent leur site : « Il ya une ruée des orpailleurs partout où il y a des découvertes ». Il se félicite de l’accompagnement du ministre qu’il trouve salutaire et espère un compromis pour un dénouement rapide de cette situation. Prenant la parole, le ministre a tenu à faire un certain nombre de remarques à commencer par la nécessité de respecter la légalité. Sans ignorer l’orpaillage qu’il dit être plus vieux que le Mali et qui n’est d’ailleurs pas interdit, il estime qu’il doit être encadré. « Des sociétés ont fait des investissements, ont été autorisées et il y’a lieu de respecter leurs droits », a-t-il déclaré. L’étape du 15 a consacré la visite des sites de New Gold Mali (NGM) et ‘’ACCORD’’ SA, tous les deux dans la localité de Kangaba. Elles sont dirigées respectivement par Oumar Diallo ‘’ Birus’’ et Amadou Gambi, un jeune operateur minier. Le premier estime que l’orpaillage ne gêne en rien une société sérieuse, s’agissant d’un travail de surface et n’ayant pas la capacité d’aller à plus de 120 mètres de profondeur. Au contraire, il sert pour orienter les grands travaux. Cependant il a déploré l’usage de produits chimiques qui à ses yeux, s’avère dangereux pour la santé. Il a sollicité l’appui des autorités, pour sécuriser la production. Le second au contraire a demandé à trouver une solution à l’envahissement des sites par les orpailleurs. En ces différents lieux, il a été également procédé à des visites de terrains, de courtoisie et des échanges avec les orpailleurs. Ces derniers à Danga ont profité pour faire visiter leurs réalisations au ministre. Il s’agit en occurrence d’un Centre de santé, la maison des jeunes, un espace pour la culture et les loisirs. Même si la production n’a pas débuté sur les différends sites, ces sociétés comptent à l’avenir créer des emplois directs et indirects, la construction d’infrastructures et contribuer ainsi au développement locale. Elles constituent surtout une source de richesse pour l’Etat, de par les revenus qu’elles pourront engendrer. C’est pourquoi d’ailleurs le président du conseil de cercle a demandé à les aider à avoir le 1er lingot.

Binta gadiaga

Les unes