Transition politique au Mali : Les femmes entendent jouer leur partition

Le siège de la Coordination des associations féminines du Mali (Cafo) sise au quartier Bolibana de Bamako a abrité le jeudi 28 février 2013 un atelier d’élaboration des plans d’actions régionaux sur les priorités des femmes de la base dans la mise en œuvre des actions de la transition. Cet atelier de trois jours est organisé par la Cafo en partenariat avec ONU femmes et Réseau paix et sécurité des femmes de l’espace Cedeao (Repsfeco/Mali). La cérémonie d’ouverture était présidée par Mahamane Touré, représentant du ministre de la famille, de la promotion de la femme et de l’enfant, en présence des présidentes de la Cafo, Mme Traoré Oumou Touré, du Réseau, Me Saran Keïta et de nombreuses autres personnalités.

Selon la présidente de la Cafo, Mme Traoré Oumou Touré, l’objectif de cet atelier est d’amener les femmes des démembrements Cafo et leurs partenaires de la base à élaborer des plans d’actions prenant en compte leurs préoccupations majeures pour leurs pleines participations à la transition en cours au Mali. Avant d’exprimer toute sa fierté d’avoir le département de la promotion de la femme au Mali. Pour la présidente du Réseau paix et sécurité des femmes de l’espace Cedeao (Repsfeco/Mali), Me Saran Keïta, leur regroupement est composé de plusieurs associations de femmes de notoriété nationale et internationale mis en place le 27 décembre 2011. L’un des objectif du réseau est de coordonner et optimiser les rôles et les initiatives des femmes dans la prévention des conflits, le maintien de la paix et de la sécurité, les opérations de reconstruction post-conflit et la promotion des droits humains, particulièrement ceux des femmes et d’autres groupes vulnérables pour assurer une paix durable, a-t-elle dit. Elle a souligné qu’au lendemain des événements de mars 2012 et en exécution de ses missions, le Réseau en partenariat avec ONU femmes et en concertation avec toutes les femmes du Mali à élaborée un plan d’action dénommé : « Action concertées des femmes du Mali pour la cohésion sociale, la médiation et la prise en compte du genre dans le processus transitionnel ». Elle a indiqué qu’au cours de cet atelier, les réflexions seront menées sur des plans d’actions régionaux pour la cohésion sociale, le suivi des déplacées dans les régions, la médiation/négociation qui seront mis en œuvre par les pools de médiatrices dans les régions et le district de Bamako. « Maintenant que la tension politique est apaisée et les actions militaires sont en cours, il nous appartient à nous femmes du Mali de nous préparer à jouer notre partition pour la paix définitive… », a dit Me Saran Keïta. La représentante de la directrice ONU femmes, Aoua Djiré a exhorté les femmes à jouer pleinement leurs partitions dans cette période transitoire au Mali. Avant de les inviter à élaborer un plan d’action faisable. Le représentant du ministre de la famille, de la promotion de la femme et de L’Enfant, Mahamane Touré a abondé également dans le même sens. Il a demandé aux femmes d’êtres courageuses dans les différentes activités qu’elles vont mener. « Les hommes sont et resteront avec les femmes », a conclu le représentant du Ministre.

Aguibou Sogodogo

Les unes