Mali: une quinzaine de "terroristes" tués dans la nuit, annonce Le Drian

Une quinzaine de "terroristes" ont été tués dans la nuit de lundi à mardi au cours de violents combats entre les forces françaises et tchadiennes d'une part et les combattants islamistes de l'autre dans le nord-est du Mali, a indiqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.
Plusieurs dizaines de combattants islamistes ont été tués, selon la Défense, au cours des derniers jours dans cette zone montagneuse de l'Adrar des Ifoghas, où un 3e militaire français a péri samedi.

"Cette nuit, il y a eu des opérations menées par nos forces contre une partie des groupes terroristes qui sont présents dans cette région, la vallée d'Ametettai", a indiqué le ministre sur RMC/BFMTV.

Il y a eu "une quinzaine de tués", a-t-il précisé.

"Nous avons pris en tenaille l'ensemble de l'Adrar des Ifoghas et la vallée d'Ametettai en particulier et ce n'est pas fini parce qu'après, il y a d'autres vallées", a-t-il souligné.

Interrogé sur la mort des deux chefs jihadistes Abou Zeid et Mokthar Belmokhtar, annoncée par les Tchadiens, mais que Paris n'a toujours pas confirmée, le ministre a indiqué que la France était toujours à la recherche "d'éléments de preuves". "Je ne suis pas certain que ce soit lui", a-t-il déclaré à propos de la photo présentée comme celle du corps de Belmokhtar publiée sur le site de RFI.

"Si le président tchadien peut nous donner tous les éléments de preuves tant mieux. Nous sommes en recherche d'éléments de preuves sur l'un et sur l'autre", le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abou Zeid, et Belmokhtar, a-t-il dit. Si leur mort était confirmée, "ce serait une très bonne nouvelle", mais "ça ne règlerait pas tout", a poursuivi le ministre.

Le président tchadien Idriss Deby a réaffirmé lundi qu'Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar avaient été tués dans des combats dans le nord du Mali, assurant que les corps n'avaient pas été exposés par respect "des principes de l'islam".

M. Le Drian a par ailleurs réaffirmé que "tout nous laisse à penser" que les otages français en Afrique sont vivants. "Nous avons des informations, mais je n'en dirai pas plus", a-t-il déclaré, en estimant que "si les otages avaient été tués, les ravisseurs l'auraient fait savoir". "Nous utilisons tous les moyens pour les libérer", a-t-il assuré. Interrogé sur d'éventuelles négociations pour libérer les otages, il a refusé de répondre.

Lundi soir à l'émission "Mots croisés" sur France 2, M. Le Drian avait déjà souhaité s'en tenir à "une très grande discrétion" sur le sujet des otages. Il avait aussi dit "comprendre l'angoisse des et leur douleur".

A propos de la famille de sept personnes - dont 4 enfants - enlevée le 19 février dans le nord du Cameroun, il avait simplement déclaré : "nous sommes actifs" pour tenter de les libérer "mais je ne vais pas dire comment nous allons faire".

Source msn.fr

Les unes